Get Adobe Flash player

 

Histoire de Hesdin : un ouvrage en souscription qui sera publié en octobre 2013

Amoureux de la Côte d’Opale , de son histoire et de son patrimoine vous saurez bientôt tout sur l’histoire formidable de Hesdin  !!
 
Il y a bien une Histoire d’Hesdin par l’abbé P. Meunier, publiée en 1896. Ou Hesdin, Étude historique par l’abbé Fromentin, publiée en 1865… Mais ces ouvrages du 19e siècle ne pourront pas rivaliser avec le livre de 400 pages qui sortira en octobre 2013, actuellement en souscription. 
     « L’Histoire d’Hesdin » est entre les mains de Bruno Béthouart, professeur à l’université de la Côte d’Opale, maire de Montreuil-sur-Mer, et d’une équipe de fins limiers (des universitaires comme Bernard Delmaire, Jean-Pierre Jessenne, des historiens locaux comme Marie-France Acquart, Jean-Claude Debril entre autres.) Ils veulent un ouvrage scientifique certes, rigoureux mais aussi accessible au grand public. L’histoire hesdinoise ne manque pas de personnages hauts en couleur (citons Blondin, le fildefériste qui traversa les chutes du Niagara ou l’abbé Prévost !), d’événements marquants qui raviront tous les lecteurs. « Ce sera le document le plus complet sur l’histoire de la ville » assure Bruno Béthouart, en trois parties : de la Préhistoire au 11e siècle, le Moyen Âge avec la destruction de la cité en 1553, de la reconstruction à nos jours. Bruno Béthouart tient également beaucoup à l’index qui réunira tous les noms de famille (plus de 500) cités dans le livre  (source Echo62)

une souscription est lancée au prix de 20 euros au lieu des 30 euros à sa sortie en librairie. Les souscriptions sont à adresser aux Echos du Pas-de-Calais, 5 place Jean-Jaurès, 62190 Lillers et ce, avant le 30 septembre 2013. 

GALERIES DE CARTES POSTALES CONCERNANT LA VILLE DE HESDIN et ses environs

 

 

     En 1553, Charles-Quint, prenait et faisait détruire Hesdin. On peut expliquer ,si non  excuser, cette cruelle détermination, qui  ruinait de  nombreux habitants : en trois quarts de  siècle, Hesdin avait changé huit fois  de possesseur  et  semblait  incapable  de   résister à   une attaque  sérieuse.  Mais  de    suite il s’aperçut qu’une place forte était  nécessaire sur cette frontière et dès l’année suivante, il ordonna la construction d’Hesdinfert ou  Hesdinfort dans un  endroit voisin mieux choisi . On pouvait en inonder les  abords et la  portée si  faible des  canons  de   l’époque semblait la  rendre   inexpugnable. Et de   fait depuis sa   fondation  jusqu’en  1639 date de  sa  prise par Louis XIII, soit pendant soixante quinze ans la  nouvelle ville resta  espagnole. Ses premiers possesseurs l’avaient agrandie et fortifiée soigneusement ; les  Français qui  avaient ruiné une  partie  des murs   pendant  le  siège, les   réparèrent  et  Hesdin resta ville  forte jusqu’en 1842,    date  de   son   déclassement. Celui-ci entraîna  la  disparition progressive  de ses  remparts. Cependant  on   en   voit  encore  quelques traces, au   nord  contre  le   terrain de   manœuvre et en divers points. Le  décor de l’une de  ses portes, la  Porte Vieille ou  porte d’Arras, a été  gardé en  partie, il est  en grès vermiculé et a été   placé à l’entrée  de   l’école  des filles,  rue  de  Jérusalem.
   Hesdin s’est  alors étendu au-delà  des  limites de ses  remparts, de  nombreuses maisons se sont bâties sur leur emplacement, d’abord du  côté de  la gare, inaugurée  en  1878,  puis  tout autour de la Ville.   ( Promenade à Hesdin CH.de Charie 1931 )

  

   

  •   

 

 

Visiteurs en ligne
juin 2017
L Ma Me J V S D
« déc    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
ARCHIVES
LE CONTENU HISTOPALE