Get Adobe Flash player

 LA PLACE D ARMES ET L HOTEL DE VILLE DE HESDIN EN CARTES POSTALES

 

Au début du siècle dernier la Place d’Armes mérité bien son nom , de nombreux défilés de troupes issues des deux casernes y sont organisées

Mais un marché fort couru y est également organisé

Le bâtiment principal de la Place d’Armes est bien évidemment l’Hôtel de Ville

De la Place d’Armes vers l’église

.

L’HÔTEL DE VILLE , SA BRETECHE et SON INTERIEUR

 

PROMENADE A HESDIN en 1931

  Sur la place d’Armes on  remarque l’Hôtel-de­Ville avec  sa façade de   brique et  pierre, au-dessus d’un soubassement de grès, et en   son   milieu   la   Bretèche ou  Bretèque.  En 1662,  Philippe II,  roi   d’Espagne,  octroya  au nouvel Hesdin une  charte (1) communale réglant le  rôle du  Mayeur et des  Echevins et les  droits des  habitants. Dès l’année suivante on fit établir les  plans  d’un hôtel de  ville  par Ponte del  Brya  dit   le   Riel  ;  le   23  juillet 1563,  on en  posa la  première pierre.  Que  reste-t-il  de la construction primitive ? Sans  doute  peu   de   chose ; mais  on peut  affirmer que  la plus   grande partie de   ce qui   existe  actuellement date de  la  fin du  XVIe siècle. Toutefois l’aspect en  fut  modifié  aux XVIIe et XVIIIe  siècles ; l’architecte Clovis Normand entreprit en  1815 une   grande restauration.  On  travailla  pendant vingt ans avec intelligence et le monument est  maintenant en bon  état. On voit encore dans la  cour des  chambranles  finement moulurés de  plusieurs  fenêtres  murées,  qui   semblent  bien   dater des   environs de  16oo.  Lion dit  que l’hôtel de  ville  fut  terminé en  1599,  c’est très vraisemblable. A cette époque en  Artois, la modénature n’était plus   celle   du   XVe siècle ;  mais  les   fenêtres avaient encore leurs meneaux de  pierre. Toutes les fenêtres  sur la  place  les avaient certainement  mais  cette façade a été  très  modifiée, à plusieurs reprises.

  En   avant-corps  se  détache une   charmante petite construction, aujourd’hui classée comme  monument historique,  nommée la Bretèche.  Elle fut  établie en   1629. Surélevées  sur  un   perron  de   grès, se   dressent  des colonnes de   grès supportant  sur   chaque  face   des arcades  jumelles ;  au-dessus est établie la  tribune couverte, où on a accès de  l’inférieur de  l’hôtel et  d’où on pouvait parler aux bourgeois assemblés. Tout  l’ensemble  est   décoré  de   têtes,  de   statues ,d’armoiries, de  fines  sculptures tout a fait  renaissance et  qu’il  faut rapprocher de  la décoration plus  lourde d’un relief plus Lereuil légua douze mille  francs, qu’on affecta à sa reconstruction.  Paul Lereuil, son  père, alors  maire de la  ville, ajouta ce qui  fut   nécessaire,  Clovis Normand en établit les  plans , en  1877  il était terminé, il s’élevait sur  les  fondations de  celui  du XVe siècle.

  Au  rez-de-chaussée de l’hôtel de  ville   se   trouvent les  bureaux et la  bibliothèque. Au   premier  étage  en partant de   l’ouest, la   salle  des   fêtes,  une   salle  avec une  cheminée monumentale établie avec un vieux linteau de   grès, aux   armes  de   Robert de  Melun, gouverneur d’Hesdin, l’escalier correspondant au   perron  de  la Bretèche, la  salle du  Conseil.

  On remarque dans celle-ci divers plans et gravures d’Hesdin,  un  tableau  sans grande valeur artistique, mais intéressant parce qu’il représente une  revue sur  la place d’Armes  dont il donne l’état à la fin du  XVIIIe siècle, et enfin  quatre dessus de  porte, qui  furent  achetés  à Paris, pour le compte  de  la Ville, par le   comte de Siougeat lieutenant de  roi  à Hesdin, en  1779, pour la   somme    de   120  livres. A  la   suite  de  cette salle, se trouve  un   autre  salon décoré  de   trois  superbes panneaux de  tapisserie, qui  furent achetés à Paris,  par  le comte  de  Siougeat,  pour  2000  livres  en   1779 . On a réuni dans ce salon : le portrait en  pied  de Napoléon Ier par Doncre, ceux de  Louis XVIII et  Louis-Philippe, les bustes  et  portraits  de   diverses   célébrités   locales : l‘ Abbé Prévost, auteur  de  Manon Lescaut ,      Vincent de l’Institut, le Président Boucher-Cadart, ancien sénateur du  Pas-de-Calais, le  Président Petit, le  docteur  Brullé, les    généraux  Garbé,   Daullé,  Tripier. Apres ce salon on voit encore une   petite  pièce   renfermant  quelques tableaux, une  collection de  timbres, les vieux poids de la  ville, etc.

 Ch. De Charie  Membre de la Commission des Monuments Historiques 1931

 

Cliquez sur l’image ci-dessus pour en savoir plus sur l’Hôtel de Ville de Hesdin

Tapisseries des Flandres dans les salons de l’Hôtel de Ville de Hesdin

Cliquez sur l’image ci-dessus pour en savoir plus grâce au site de la ville de Hesdin

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Visiteurs en ligne
novembre 2017
L Ma Me J V S D
« déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
ARCHIVES
LE CONTENU HISTOPALE