Get Adobe Flash player

 CIMENTERIE ET PAPETERIE A LUMBRES

 

  • LA CIMENTERIE de LUMBRES  :  

       La cimenterie est construite en 1884 et mise en service en 1888 par la société Goidin et Cie (MM Goidin et V. et F. Friscourt) , sur un terrain de 7 hectares, pour exploiter le calcaire argileux qui est concassé et cuit sur place. En 1911 , la cimenterie, devenue société anonyme des ciments Portland de Lumbres, est rachetée par la société Fourmaintraux, Courquin et Cie. Elle est rachetée en 1913 par la société anonyme de la Desvroise qui la modernise et la remet en route en 1914. Des travaux d’agrandissements sont apportés après la Première Guerre mondiale.1950 fut le déclic d’une formidable révolution technique : en carrière, les terrassiers abandonnent pelles, pioches, tombereaux et chevaux pour faire place successivement aux gratteurs, pelles mécaniques, camions, bulls et scrapers.  En 1959, elle est rachetée par les Ciments d’Origny qui la rénove. Cette entreprise, dont le siège est à Biache-Saint-Vaast (62) , exploi:te 8 usines dont 3 dans la région. En 1984 la cimenterie se place au 4éme rang des cimentiers français ; à cette date elle emploie 140 personnes et produit 200000 tonnes de ciment par an. Actuellement la cimenterie est toujours en activité. En 1901 la production s’élevait à 6000 tonnes par mois. Vers 1920 elle atteint les 130000 tonnes de ciments par an. Aujourd’hui, la production de Lumbres atteint les 750 000 tonnes annuelles de ciment. L’usine appartient au groupe Holcim France qui fait partie du groupe Holcim France Benelux (né en février 2002) qui emploie plus de 3 700 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 977 millions d’euros.  

La cimenterie de Lumbres au début du siècle dernier

La cimenterie du côté de la gare de Lumbres

Le dépôt du chemin de fer Anvin Calais et la cimenterie de Lumbres

Groupe de 4 bassins mélangeurs à l’usine de Lumbres

Silos à ciment de l’usine de Lumbres

 

  • LA PAPETERIE DE LUMBRES  : 

En 1824 M. Delforge demande l’autorisation de construire une papeterie sur ce terrain ; l’autorisation accordée en 1826. En 1832 le terrain, toujours vierge de construction, est acheté par Hubert Gardien, papetier et propriétaire d’une autre usine à Lumbres, qui fait bâtir une usine vers 1833. Après être passée dans les mains de deux propriétaires britanniques, l’usine est reprise par Emile Avot Loy en 1876 et prend la dénomination de société Avot fils et Cie puis des Papeteries de Lumbres. L’usine se spécialise dans la production de sachets pour l’industrie agroalimentaire et du ciment. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’usine subit de graves dommages. Elle est remise en route en 1949, date de son entrée dans le groupe Charfa et de la naissance de la S.A.R.L des Papeteries de Lumbres. A la fin des années 1950 l’usine commence à produire du carton d’emballage et la société industrielle des cartonneries de Lumbres voit le jour. En 1968 est créée une unité de production de polystyrène expansé. La fabrication se fait avec des papiers de récupération et 3 machines à papier. En 1975 sont installées deux stations d’épuration. Depuis 1985, l’usine fait partie du groupe Rossmann et emploie près de 350 personnes. En 1838 la papeterie fonctionne avec une machine à papier en continu. En 1875 l’usine fonctionnait avec deux roues à aubes et deux machines à vapeur de 40 et 15 ch., 8 piles, 2 lessiveurs rotatifs, une machine continu avec 7 sécheurs et la production pouvait atteindre 600 kg de papier par jour. Vers 1900 la production s’élevait à 3000 kg par jour. En 1964 on y transforme 14400 tonnes de carton ondulé. En 1984 la production s’élevait à 35000 tonnes de carton, 15000 de papier d’emballage et 10000 tonnes de polystyrène expansé ; en 1990 le carton ondulé produit atteint les 40000 tonnes par an. Dans les années 1930 elle employait près de 400 personnes ; elle occupait près de 700 employés en 1974 et 360 personnes en 1990.

Source Actuacity Lumbres

 

Visiteurs en ligne
décembre 2017
L Ma Me J V S D
« déc    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
ARCHIVES
LE CONTENU HISTOPALE