Get Adobe Flash player

  SI ON PARLAIT DU BALLON ?

A Rinxent, il subsiste encore de manière vivace dans la mémoire collective une appellation, celle du "Ballon". Cet endroit de deux hectares, situé entre la gare et la scierie des Marbres du Boulonnais, avait, en 1915, été choisi par le commandement de la marine britannique pour y implanter un centre aéronautique, relié par voie ferrée à la gare. Un hangar immense, pouvant abriter deux ballons dirigeables, et des baraquements destinés aux militaires et au personnel d’entretien, y avaient été construits.

Durant la période de l’entre-deux-guerres, ces bâtiments servirent au logement des familles nécessiteuses, certains seront même habités jusqu’en 1955, des pans de murs étaient encore visibles à cette époque. Les lieux avaient depuis été remis en culture , un lotissement  y est désormais en construction.

Pourquoi ce centre à Rinxent ?

  Au cœur de la première guerre mondiale, en 1915, les sous-marins allemands basés dans les ports belges, causaient des pertes énormes aux forces alliées en coulant leurs bateaux dans le port de Boulogne, des pertes encore aggravées quand la "Kriegsmarine" allemande fit poser des mines dans le détroit.  Afin de parer ces événements et protéger le port de Boulogne, la Royal Navy décida d’implanter, à proximité, un centre aéronautique de dirigeables avec une mission de reconnaissance puis d’attaque de l’ennemi. Notre commune fut retenue, et le 22 juin 1915 les travaux d’installation commencèrent. 

Les premiers essais eurent lieu fin juillet, le 28 décembre de la même année, le premier vol en mission commença au-dessus du détroit. La période d’essais fut marquée par un incident relaté par l’abbé Omer Briaux, témoin oculaire de l’événement (cf. archives diocésaines):

"Décidément, on en veut à notre église! Dans la nuit du 05 au 06 août, à 11 heures, le dirigeable vient heurter la flèche, y occasionnant quelques dégâts. Il crève et reste lamentablement accroché à la flèche. La nacelle se détache et vient reposer sur la route, en face de l’estaminet Merlen-Teilliez, sans que les aviateurs n’aient aucun dommage. Il fallait décrocher l’oiseau, les Anglais sont habiles et bien outillés, l’affaire fut vite bâclée. En retombant, la carcasse du dirigeable accentuera encore les dégâts faits à la toiture de l’église: la voilà avec des vitraux brisés et la toiture démolie par endroits.  Les dégâts faits par les bombes seront indemnisés par l’Etat, ceux occasionnés par le dirigeable sont à la charge des anglais." 

  En décembre , la Royal Navy  cèda la base à l’armée française . Le centre fut inauguré officiellement le 1er janvier 1916. Le Lieutenant de Vaisseau Vallée en prend le commandement . 

Au début de l’année, il n’y a qu’un dirigeable à la base de Rinxent. Associés aux hydravions basés à Boulogne, les vols de reconnaissance jusqu’aux côtes anglaises traquent sous-marins et mines ou escortent les transports de troupes.

  De 1916 à 1918, les dirigeables de Rinxent lancent 31 attaques contre des sous-marins et repèrent environ une centaine de mines. Les dirigeables sont, tout du moins à l’origine, des modèles britanniques (vedettes de type Sea Scout SS et SSZ et patrouilleur Coastal Patrol CP4).

  A partir de mai, des pigeons voyageurs sont emmenés à bord des aéronefs. Ils sont fournis par les sociétés colombophiles locales (notamment par M. Capet). Ces volatiles "patriotes" contribuèrent à fournir de précieux renseignements aux services de l’État-Major.

Une batterie antiaérienne est installée, en 1917, au Nord des Usines Métallurgiques. Elle a pour objectif de protéger la base très souvent attaquée par l’aviation ennemie, ainsi que le centre vital des Usines.

Le 30 mai 1918, le "VZ2", commandé par l’enseigne de vaisseau Foulletier, décèle la présence d’un sous-marin allemand au large de Boulogne. Les deux bombes lâchées du dirigeable atteignent la cible, deux patrouilleurs anglais, venus en renfort, coulent définitivement l’UB 119.

Le 23 avril 1918, ce même Foulletier s’était distingué en attaquant un autre sous-marin au large de Calais. Ces faits militaires étaient certainement remarquables puisque le Général commandant la zone militaire Nord vint en personne féliciter l’équipage du "VZ2" et fêter l’événement comme il se doit.  Le 07 juillet 1918, c’est au tour du "VZ1" d’attaquer avec succès un sous-marin. Il récidive le 11 août.  

Le dernier vol eut lieu le 07 septembre 1919. Le centre fut dissous le 1er novembre de la même année.

De leurs cabines, les aérostiers pouvaient apercevoir, sous leurs dirigeables, les sous-marins évoluant en eaux peu profondes. Ils lâchaient alors leurs bombes d’une hauteur de trente cinq à quarante mètres. De grandes tâches d’huile leur indiquaient si la cible était atteinte. Nombreux sont les témoignages des habitants de la côte attestant la réussite de ces opérations, les bâtiments touchés venant ensuite s’échouer sur le rivage.

Les dirigeables de vingt mètres de long, pour un diamètre de douze mètres, dénommés "Princesses d’argent", manœuvraient souvent dans le ciel rinxentois, causant une grande frayeur aux chevaux et aux vaches dans les pâtures. L’envergure et le bruit des moteurs les incitaient même parfois à foncer au travers des haies, à la grande joie des aérostiers qui en battaient des mains !

Pour en savoir plus sur l’aérostation de l’époque ( formation , équipage , matériel , infrastructure )  , le site de la Revue Historique des Armées : 

http://rha.revues.org/index3313.html

 Les commandants du centre de dirigeables de Rinxent :

GRADE

NOM

PRISE DE FONCTION

CESSATION DE FONCTION

LV

SABLÉ LOUIS

01/01/1916

22/11/1916

EV1

DUCOM RENÉ

22/11/1916

16/02/1917

LV

LARROUY MAURICE

16/02/1917

01/09/1917

EV1

DUCOM RENÉ

01/09/1917

29/09/1917

LV

TROLLEY DE PRÉVAUX JACQUES

29/09/1917

01/11/1919

Noms des dirigeables et de leurs commandants:

SEA-SCOUT SS21

EV1

BYASSON JEAN

01/04/1916

09/04/1916

EV1

ALBESSARD PIERRE

16/04/1916

12/06/1916

 

 

 

 

EV1

FAUCON MAURICE (1)

01/1916

09/04/1916

EV1

DUCOM RENÉ (1)

01/1916

16/06/1916

EV1

DAVID MARCEL

10/08/1916

16/09/1917

EV1

ALBESSARD PIERRE

22/09/1917

29/09/1917

EV1

CORDIN LÉON

14/10/1917

12/12/1917

LV

HUSSON-COMNÈNE PIERRE

19/12/1917

20/12/1917

SEA-SCOUT SS26

EV1

DUCOM RENÉ (1)

20/06/1916

20/08/1916

EV1

FAUCON MAURICE (1)

22/06/1916

26/12/1916

EV1

MERCIER LÉON

23/06/1916

23/11/1916

EV1

FOULETIER PAUL

16/01/1917

16/04/1917

EV1

DUCOM RENÉ

17/04/1917

13/06/1917

EV1

ANGOT VICTOR

15/06/1917

07/08/1917

EV1

BIRAUD ARMAND

11/01/1918

06/05/1918

ZODIAC VZ0

EV1

DE PARSEAU DU PLESSIX EDMOND

07/08/1916

15/05/1917

EV1

FAUCON MAURICE

02/09/1916

23/11/1916

ZODIAC VZ1

EV1

DE PARSEAU DU PLESSIX EDMOND

07/05/1917

20/05/1918

EV1

MONROUZEAU ERNEST

20/05/1918

28/10/1918

ZODIAC VZ2

EV1

FLEURY CHARLES

15/05/1917

28/02/1918

EV1

FOULETIER PAUL

10/03/1918

26/11/1918

EV1

DE PARSEAU DU PLESSIX EDMOND

01/07/1919

08/07/1919

ZODIAC VZ6

LT

BALNY D’AVRICOURT ROBERT

26/04/1918

11/1918

LV

DE PARSEAU DU PLESSIX EDMOND

11/06/1919

22/06/1919

ZODIAC VZ8

 

 

 

EV1

BIRAUD ARMAND

14/06/1918

29/11/1918

LV

DE PARSEAU DU PLESSIX EDMOND

16/07/1919

07/09/1919

(1) en alternance.

Angot : commandant de dirigeable 

source www.aerobase.fr



 

Visiteurs en ligne
mars 2017
L Ma Me J V S D
« déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
ARCHIVES
LE CONTENU HISTOPALE